Histoire

Créée en 1926 par le Conseil municipal de Paris, la cinémathèque Robert-Lynen est la plus ancienne de France et a fêté en 2016 ses 90 ans. L’occasion de revenir sur son histoire riche et complexe.

web-robert-lynen4

La cinémathèque Robert-Lynen est le fruit d’une histoire complexe où se mêlent l’évolution des principes pédagogiques appliqués à l’image projetée depuis la fin du XIXe siècle, l’originalité des activités qu’elle a su développer, la singularité du lieu qui l’a vu s’épanouir – avec notamment l’implantation de son ciné-club dans le XVIIe arrondissement –, la signification de son nom, enfin, hommage au jeune acteur Robert Lynen, dont le destin symbolise à la fois la jeunesse au cinéma et la défense des libertés.

• LES ORIGINES

La création de la cinémathèque de la Ville de Paris (sous l’impulsion de Léon Riotor et Adrien Bruneau) est intimement liée aux nouveaux enjeux pédagogiques mis en place par l’Etat au début du XXème siècle afin de favoriser l’éducation pour tous. Les images projetées avaient en effet prouvé leur efficacité dès le milieu du XIXème siècle avec les lanternes magiques. La cinémathèque avait donc pour objectif de diffuser et surtout d’encourager la production de films comme supports pédagogiques, adaptés pour la transmission des savoirs aux plus jeunes. En outre, la cinémathèque avait un rôle de conseil technique et pédagogique de premier plan. Aujourd’hui encore, ces orientations font partie intégrante des missions et actions qu’elle met en place et qui composent son identité profonde.

• LE BÂTIMENT

La cinémathèque existe depuis 1926 mais les locaux actuels, rue Jacques Bingen dans le 17ème arrondissement, ne l’abritent que depuis 1948. L’histoire de ces locaux est par ailleurs bien plus ancienne et complexe, tour à tour salon littéraire à la fin du XIXème siècle, puis galerie d’art du collectionneur Charles-Vincent Ocampo.

• LE CINÉ-CLUB

En outre, la salle de cinéma de la cinémathèque accueille un ciné-club dès 1948 qui réunira jusqu’à 550 adhérents, dont une majorité de professeurs qui le fréquentaient pour découvrir et échanger autour des films projetés, et qui occupait une place importante dans la vie culturelle du quartier. Il se nommera « le ciné-club des instituteurs » jusqu’en 1950 puis deviendra « le ciné-photo-club de l’Education Nationale. »

• ROBERT-LYNEN

En 1968, la cinémathèque de la Ville de Paris devient la cinémathèque Robert-Lynen, en hommage au jeune acteur résistant fusillé en 1944 par les Allemands à l’âge de 24 ans. Commençant sa carrière très jeune, à 12 ans, cette étoile montante du cinéma fut notamment célèbre pour ses rôles dans Poil de Carotte ( de Julien Duvivier en 1932), du Petit Chose (de Maurice Cloche en 1938) ou encore du Prince Sacha dans l’adaptation de la pièce « Education de prince » de Maurice Donnay par Alexandre Esway. Il sut marquer le cinéma par sa forte personnalité, sa spontanéité et son naturel. Engagé dans la Résistance, il fut fusillé le 1er avril 1944 à Karlsruhe.